Le génome d’une tortue des Galápagos âgée de 175 ans a révélé une double copie d’un gène lié à la longévité

Les tortues des Galápagos, que la plupart d’entre vous ont probablement vues, sont les animaux de longévité ultimes, certains individus vivant depuis près d’un siècle.

Je veux dire, allez, comment peuvent-ils faire ça? Ils voyagent lentement et consomment de grandes quantités de nourriture, mais leur durée de vie est légendaire.

Selon leurs découvertes, les zoologistes ont découvert un gène inhabituel, ou plus exactement, de nombreux gènes répétitifs, chez les tortues.

Ces cellules constituent également la base des défenses de l’animal contre les maladies liées à l’âge et au vieillissement. Ils se modèlent comme un bouclier pour assurer la sécurité.

Il a été démontré que les tortues possèdent plusieurs copies des gènes qui influencent la durée de vie, parmi beaucoup d’autres.

Du fait qu’elles ne produisent pas de protéines en réponse au stress, ces cellules se dégradent rapidement via un processus appelé apoptose.

L’objectif de la communauté scientifique est d’approfondir leur connaissance afin de les mettre à la disposition du public. Les scientifiques simulent en laboratoire les effets du stress, du vieillissement accéléré et de la fatigue sur ce gène.

Il a été découvert que les tortues ont des gènes très sains et robustes. Il peut s’autodétruire en cas de problème, de danger ou de blessure, et la tortue sera indemne car elle a des sauvegardes.

De nombreuses études scientifiques se sont concentrées sur la recherche de moyens de ralentir ou d’arrêter le processus de vieillissement.

De nombreux scientifiques se penchent sur le gène de longévité des tortues car sa modification et son introduction chez l’homme constitueraient une avancée scientifique majeure.

Понравилась статья? Поделиться с друзьями:
error: Content is protected !!